Critique – Margin Call : les dessous humains de la crise

Xeen 02/05/2012 0 Partager sur Facebook
Critique – Margin Call : les dessous humains de la crise

Pour survivre à Wall Street, sois le premier, le meilleur ou triche. La dernière nuit d’une équipe de traders à la veille du krack boursier de 2008. Pour sauver leur peau, un seul moyen : liquider les actifs.

Pour un coup d’essai, cela n’en est pas moins un coup de maître. Les Spirit Awards qui récompensent la crème du cinéma indépendant ne s’y sont d’ailleurs pas trompés en lui décernant le prix du Meilleur Premier Film. Et il est vrai qu’il est difficile de trouver quelque chose à redire autant à la mise en scène qu’à l’interprétation de ce petit bijou du documentariste J.C. Chandor. C’est simple, c’est un vrai bonheur de cinéma.

Rendre intéressant les dessous de la bourse n’était pas tâche aisée mais Chandor, qui a aussi écrit le scénario (nommé aux derniers Oscars dans la catégorie Meilleur premier scénario), parvient sans effort apparent à rendre haletante cette journée qui a changé l’Amérique et le monde.

Emporté par une distribution hors pair, cette plongée vertigineuse dans le monde de la haute finance nous entraîne sur les traces d’une bande de traders de Wall Street sans scrupules pendant 24 heures. Unité de temps et de lieu pour ce huis clos étouffant et cynique tout en finesse, loin des caricatures auxquelles le cinéma nous a habitué dès qu’il s’agit de la Bourse. La comparaison avec le grotesque Wall Street : l’argent ne dort jamais d’Olivier Stone s’arrête là tant on est à des lieux d’un spectacle roublard à gros budget.

On retrouve avec plaisir Kevin Spacey (oscarisé dans American Beauty et Usual Suspects) qui s’est fait rare à l’écran ses dernières années, l’excellent Stanley Tucci, décidément à l’aise dans tous les rôles (il suffit de le voir dans Hunger Games pour en être convaincu), Jeremy Irons, impeccable en requin de la finance, Paul Bettany (la voix de Jarvis dans Iron Man), Zachary Quinto (Star Trek) et à contre-emploi deux icônes du petit écran Simon Baker (Mentalist) et Penn Badgley (Gossip Girl). Film choral à la Altman, qui jamais ne sacrifie un personnage au détriment d’un autre, il parvient à rendre (presque) limpide les rouages d’un monde qui nage dans l’abstraction et le virtuel.

Critique sans fard des dérives d’un capitalisme qui a perdu le sens des valeurs, il se dégage de Margin Call une violence inouïe, impressionnante de maîtrise. A noter que le film a reçu en France le Grand Prix du 4e Festival International du film policier de Beaune 2012.

D’aucuns le trouveront trop verbeux ou théâtral mais c’est pourtant une véritable prouesse ! C’est simple, Aaron Sorkin n’a qu’à bien se tenir.

Margin Call

Sortie : 2 mai 2012

Thriller de J.C. Chandor avec Kevin Spacey, Paul Bettany, Jeremy Irons, Zachary Quinto, Penn Badgley, Simon Baker, Mary McDonnell, Demi Moore.

Durée 110 mn
Editeur ARP Sélection